La maison de chaussures Dosenbach du petit commerce au réseau de succursales le plus moderne

Un sentiment de respect et d’admiration nous anime lorsque nous évoquons ces pionniers qui ont eu le courage, malgré d’énormes difficultés, de mettre sur pied une industrie de la chaussure.

Au tout début

Au milieu du dix-neuvième siècle, l’idée des corporations et des corps de métier était encore profondément ancrée dans l’opinion. A cette époque, la vente de chaussures fabriquées en série par un “spécialiste” était hors de question. La raison en était d’une part la méfiance que l’on éprouvait à l’égard de cette nouveauté et, d’autre part, l’anti-propagande des cordonniers, qui prétendaient que jamais il ne serait possible de marcher convenablement avec des chaussures fabriquées en série. Et pourtant, les chaussures fabriquées en usine se voyaient de plus en plus dans les foires et sur les marchés annuels. C’est ainsi que certains réalisèrent que ce genre d’article pourrait avoir une valeur marchande intéressante. La famille Dosenbach fut l’une des premières à tenter l’expérience et mit en vente cette nouveauté à côté d’articles de sellerie. La chaussure devint rapidement l’activité principale et la sellerie fut abandonnée. La première pierre de l’entreprise actuelle Dosenbach était posée.

1865 – l’apparition des succursales

Le magasin de chaussures de la famille Dosenbach, fondé en 1865 à Bremgarten, n’est pas resté seul longtemps. Dans tout le pays s’ouvrirent bientôt d’autres magasins, dans lesquels on pouvait acheter des chaussures fabriquées en usine.
Quand Franziska Dosenbach décida d’ouvrir d’autres magasins à d’autres endroits, elle comprit que, avec ce genre de magasins, elle pouvait attirer un nouveau cercle de clientèle. L’objectif qu’elle poursuivait inlassablement était d’offrir aux prix les plus bas un maximum de qualité.

Une offre adaptée à la clientèle

Dans les débuts de l’industrie de la chaussure, l’important était de s’imposer face à la cordonnerie artisanale. On devait essayer de présenter des modèles qui se rapprochaient le plus possible des chaussures faites à la main. Les caractéristiques essentielles en étaient un bon chaussant, un cuir de qualité, un façonnage solide et du personnel de vente qualifié qui, tout comme un maître cordonnier, était à même de conseiller le client.
Pour pouvoir réunir tous ces éléments, Dosenbach créa son propre département de créations. Et une toute nouvelle ligne de chaussures fut lancée: le modèle Dosenbach “Bonne-Forme”. Il s’agissait d’une chaussure élégante et à la mode, qui offrait tout de même un bon confort de marche.

L’organisation des succursales

Afin d’offrir à la clientèle un service-conseil optimal, le personnel, soigneusement sélectionné, suit une formation poussée qui redéfinit les notions d’élégance et de confort optimal, indispensables à l’encadrement d’une clientèle avertie en matière de mode. Le personnel de vente doit constamment se tenir au courant tant sur les innovations techniques de la chaussure que sur les nouvelles tendances de la mode.
Une formation spécialisée est destinée aux gérants et gérantes, qui eux doivent non seulement posséder de solides connaissances professionnelles, mais également être aptes à diriger et instruire le personnel.

Personnel qualifié

Afin d’offrir à la clientèle un service-conseil optimal, le personnel, soigneusement sélectionné, suit une formation poussée qui redéfinit les notions d’élégance et de confort optimal, indispensables à l’encadrement d’une clientèle avertie en matière de mode. Le personnel de vente doit constamment se tenir au courant tant sur les innovations techniques de la chaussure que sur les nouvelles tendances de la mode. Une formation spécialisée est destinée aux gérants et gérantes, qui eux doivent non seulement posséder de solides connaissances professionnelles, mais également être aptes à diriger et instruire le personnel.

Réapprovisionnement

Pendant des décennies, malgré une offre autrefois plus modeste, le réapprovisionnement par les fabriques n’arrivait pas toujours à temps. Suite à l’ouverture de nombreuses autres succursales Dosenbach, le besoin en marchandises ne cessait d’augmenter et une livraison rapide des tailles ou des articles manquants n’était pas toujours possible.
La maison Dosenbach résolut ce problème en 1890 déjà en créant un entrepôt, ce qui lui permit de devenir son propres grossiste. A partir de là, les succursales furent dorénavant régulièrement réapprovisionnées.

Transport des marchandises

Le problème du transport aussi devait être résolu. De par le commerce de sellerie de ses parents, Carl Dosenbach avait pu se familiariser avec les chevaux. Déjà tout jeune, il allait tout seul avec voiture et cheval de Bremgarten à Baden et à Zurich. Ses premières succursales ne pouvaient se trouver que dans une zone géographique accessible en un jour avec un seul cheval. Le premier entrepôt servit plus tard également de relais routier pour les voitures, les chevaux et les cochers. Mais il y a longtemps que les écuries sont devenues des garages et que les attelages ont été remplacés par des camions.
Aujourd’hui, des camions chargés à bloc quittent chaque jour la centrale avec des milliers de paires de chaussures. Ils font leur tournée des succursales selon un planning bien précis, soit pour réapprovisionner le stock, soit pour livrer les nouveaux articles.

1965 – la maison Dosenbach fête ses 100 ans

En 1965, Dosenbach a fêté son centenaire. Et pourtant, assurer sa position une centaine d’années sur le marché suisse de la chaussure n’est pas évident. C’est avec reconnaissance que la maison Dosenbach remercie tous les collaborateurs qui ont contribué au succès de son entreprise.

1973 – reprise par Deichmann

En 1973 a lieu la reprise par DEICHMANN Allemagne. Dosenbach rejoint ainsi un groupe d’entreprises performant représenté dans le monde entier www.deichmann.com

140 ans

Croissance à deux chiffres pour DOSENBACH-OCHSNER AG en 2007 Presque 11 millions de paires de chaussures vendues.

 

Deichmann

Tout a commencé en 1913 dans le quartier ouvrier de Essen-Borbeck au cœur de la Ruhr. Heinrich Deichmann, né en 1888, ouvre une cordonnerie avec sa femme Julie. Deux générations et presque cent ans plus tard, la société est devenue leader européen. Deichmann est aujourd’hui représentée dans 22 pays, avec plus de 2 800 filiales et environ 28 000 employés. DEICHMANN est aujourd’hui encore une entreprise familiale qui tient à son indépendance. Pour les propriétaires, il est hors de question d’entrer en bourse ou de souscrire à des crédits bancaires.

L’époque des fondateurs

La période précédant 1945 a tout d’abord été marquée par l’instabilité politique et économique de la République de Weimar et la tyrannie du régime national-socialiste qui suivit. Le fondateur Heinrich Deichmann refusa de se soumettre au régime au pouvoir. Il critiqua notamment la persécution de ses concitoyens juifs à laquelle il assistait. Il mourut en 1940 à l’âge de 52 ans. À cette époque, son fils Heinz-Horst Deichmann, né en 1926, le secondait de temps en temps dans ses affaires. Sa mère Julie réussit à maintenir l’activité pendant la guerre. Après la guerre, Heinz-Horst Deichmann étudia la médecine et la théologie, tout en continuant à diriger la petite entreprise familiale avec sa mère.

La croissance d’après-guerre

Quand Heinz-Horst Deichmann, entre temps devenu médecin, abandonna en 1956 son cabinet de médecin pour se consacrer pleinement à la direction de l’entreprise, il avait déjà ouvert des filiales Deichmann dans des villes voisines, comme Düsseldorf et Oberhausen. Deichmann se sentait en devoir de proposer à la population de bonnes chaussures à bas prix. Un objectif toujours en vigueur aujourd’hui. La centième boutique ouvrit ses portes en 1974 à Wurtzbourg. L’internationalisation commença à peu près à la même époque : Deichmann racheta la marque suisse de chaussures Dosenbach. Le Dr Heinz-Horst Deichmann débuta peu après une toute autre activité. Il lança en Inde le projet d’aide chrétien wortundtat, qui s’occupait principalement des lépreux.

La troisième génération

Heinrich Deichmann, petit-fils du fondateur, né en 1962, arriva dans l’entreprise en 1989. Il accéda à la direction en 1999 et est aujourd’hui président du Conseil d’administration de Deichmann SE. C’est sous sa direction que fut accélérée l’internationalisation de l’entreprise. La société achète les chaussures dans 40 pays et les revend dans plus de 3200 filiales réparties dans 22 pays. Outre son développement commercial, Deichmann attache aujourd’hui encore une grande importance à son engagement social pour les personnes nécessiteuses en Allemagne, en Europe, en Inde et en Tanzanie.